Agriculture urbaine et aquaponie

Beaucoup de gens ont oublié qu’il y a encore peu de temps, les grandes villes étaient entourées de fermes qui formaient une ceinture agricole qui nourrissait la ville. Paris en est le plus bel exemple car la capitale était parsemée de champs et de pâturages mais que reste-t-il aujourd’hui de tout cela ? Pas grand-chose !

Le progrès a éloigné l’agriculture loin des villes mais aujourd’hui, l’agriculture revient en force par le biais de cultures d’un nouveau genre.

agriculture-urbaine-toitDepuis quelque temps on voit fleurir des fermes verticales, des potagers sur les toits ou bien encore des bunkers agricoles qui forment ce que l’on appelle aujourd’hui l’agriculture urbaine. C’est une agriculture tournée vers la ville qui utilise tout ce qui se trouve sa disposition comme les ressources, les déchets et la main-d’œuvre.

Les projets de culture urbaine visent à réduire les distances de transport des denrées agricoles qui sont produites et consommées sur place. À Paris il y a un potager sur le toit de l’école Agro Paris Tech qui sensibilise les gens sur la récupération, le recyclage et les écosystèmes. Les déchets urbains sont utilisés à ces fins. Le gros site de colombes a mis en place des équipements visant à récupérer l’eau pluviale qui sont traitées par phyto épuration. Ces équipements produisent aussi de l’énergie solaire et du gaz.

Autosuffisance de la ville ?

agriculture sur les toitsLe projet est ambitieux et difficile. La culture est gourmande en surface ce qui est déjà une première barrière lorsque l’on parle d’urbanisme. Autant dire que rendre une ville autosuffisante avec des cultures urbaines est une utopie. Par contre, c’est un excellent complément car cela permet de favoriser les circuits courts. Cela permet aussi de nous faire consommer des produits frais. Toutes les espèces ne peuvent pas être cultivées en ville. Par contre, pour ce qui est des légumes et des végétaux fragiles c’est un plus. Certains légumes qui ont tendance à perdre rapidement leurs valeurs nutritives pendant le transport auraient aussi tout intérêt à être cultivés en ville. Mais des carottes et des pommes de terre qui se conservent très bien dans le temps n’ont aucune nécessité d’être cultivées en paysage urbain.

Voilà pourquoi la plupart des projets d’agriculture urbains se concentrent sur les végétaux les plus fragiles. On retrouve par exemple du basilic, de la salade et de la roquette.

Un coût diminué ?

L’absence de transport n’est pas synonyme d’économie. Beaucoup de projets qui se montent ont une vocation commerciale. Mais on retrouve des associations ou bien encore des anciens jardins ouvriers qui partagent leurs espaces avec les citadins afin qu’ils cultivent eux-mêmes leurs légumes. L’objectif étant de promouvoir l’accès à une alimentation saine et de qualité pour tous les citadins.

Créer un lien social 

jardins collectifsEncore une fois, il est nécessaire de distinguer les projets à vocation commerciale et les projets de société. Les jardins communautaires qui sont plusieurs centaines en France offrent le partage d’un savoir-faire et des connaissances. On s’approprie son alimentation et on éduque les enfants par le côté ludique.

Beaucoup d’établissements accueillant des personnes âgées, notamment atteints de la maladie d’Alzheimer, utilisent ce genre de jardin qui est à la fois pédagogique et thérapeutique.

L’agriculture urbaine peut aider en fonction du contexte économique et culturel dans laquelle elle est cultivée. C’est cette diversité des finalités qui est un atout et ne fait pas partie d’une solution unique mais d’un ensemble de petites solutions qui peuvent permettre de résoudre divers problèmes dans divers contextes.kit-aquaponie-fishplant-family-unit-600x600

À l’échelle des ménages

Pour le particulier, l’aquaponie reste le meilleur moyen de cultiver ses propres légumes et plantes aromatiques à domicile même si on se trouve en appartement. Grâce au développement et à la recherche d’entreprises françaises, des kits aquaponiques de qualité accessibles aux particuliers ont vu le jour ce qui permet de cultiver en famille des produits sains et équilibrés à haute valeur nutritive. Grâce à l’aquaponie, même si vous habitez dans une grande ville, vous pouvez avoir du poisson frais toute l’année, ainsi que des légumes sains et savoureux. Vous intriguerez vos proches et inculquerez à vos enfants de manière ludique, l’importance d’une nourriture saine et de qualité.

A propos de l'auteur :

La Fédération Française D'Aquaponie a pour but de fédérer et de coordonner le déploiement de l'aquaponie en France via des micro-fermes pilotes et la création d'éco-lieux de rencontres. Rejoignez l'aventure en adhérant à la FFDA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X