Bien analyser l’eau de son écosystème aquaponique

Il est très important de vérifier régulièrement la qualité de l’eau de son système. En effet, le circuit fermé aura tendance à perturber le cycle de l’eau et surtout sa qualité, en tous cas au début. Dès les premières semaines de mise en place de votre système, vous devez surveiller la qualité de votre eau avant qu’elle ne s’équilibre d’elle-même. Une fois votre système lancé, ce ne seront que de simples contrôles ponctuels afin de vous assurer que le bon ordre règne et que la nature fait son travail.

Quelle que soit l’eau que vous utilisiez, souterraine, de ville ou bien eau de pluie, elle doit être d’une qualité irréprochable. Des contrôles réguliers vous permettront de connaître le taux de nitrite, de nitrate, d’ammoniaque, le pH, etc. Utiliser un collecteur d’eau de pluie vous permettra d’avoir une eau propre, non calcaire et gratuite tout au long de l’année et quelle que soit la région où vous habitez. Le grand avantage étant de reproduire un écosystème similaire à celui de la nature avec de l’eau non modifiée. On retiendra donc qu’utiliser de l’eau de pluie dans un système aquaponique est un gain de temps et d’argent. Cette économie réalisée vous permettra d’investir dans des kits de test de qualité que l’on retrouve généralement dans les jardineries ou les magasins d’aquariophilie. Les résultats seront beaucoup plus pointus que les tests sous forme de bandelettes et de rubans que l’on trouve communément.

Un des éléments foeau aquaponiendamentaux à surveiller est le pH. Cela permet de savoir si votre eau est acide ou basique. Un pH égal à sept est appelé neutre. L’importance de la stabilité du pH est de permettre l’assimilation des nutriments de l’eau par votre écosystème aquaponique. Une bactérie libère de l’acidité lorsqu’elle est en phase de nitrification. Votre pH va baisser à cause de cette acidité. C’est pour cela que vous devez surveiller régulièrement son taux afin de maintenir un équilibre adéquat. Afin de remédier à cela de manière très simple, vous pouvez utiliser une quantité d’eau de votre bassin pour votre jardin mais vous devez la remplacer par son équivalent en eau de pluie.

 

PH acide ou basique?

Les résultats de votre analyse vous indiqueront si le pH est faible (<6.4) auquel cas il faudra ajouter du bicarbonate de potassium ou du calcium. Si par contre le pH est élevé (>7.4) vous devez le diminuer en utilisant des produits spécifiques pour aquarium. Surveillez tout de même car cela peut provoquer une formation de sels dans votre bassin. Mais si on part du principe que vous n’utilisez que de l’eau de pluie et que votre substrat ne contient pas de pierres calcaires, votre pH ne montera jamais.

Quelle que soit la configuration de votre pH, vous devez toujours agir de manière progressive. Cela évitera des brûlures à vos poissons. C’est pour cela que généralement on espace le traitement du pH afin d’éviter de les perturber.

Eau dure ou eau douce?

L’équilibre dont a besoin votre écosystème se jouera sur la dureté de votre eau. Elle peut être douce ou dure.

Si votre eau a une dureté élevée, la première chose à faire est de la filtrer. Cela consiste à mélanger de l’eau distillée pour l’adoucir. Par contre, si la dureté de votre eau est faible, la solution est de placer des coquillages dans le système de filtration. L’objectif sera d’apporter du calcium et donc de durcir votre eau. L’inconvénient est que le calcium peut remonter le pH. Sinon, vous pouvez faire un mélange avec de l’eau plus dure.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès des professionnels de magasins spécialisés qui vendent des produits bien spécifiques. Assurez-vous cependant que ces produits sont compatibles avec un système aquaponique car ces produits sont très souvent toxiques pour les humains. Le principe de l’aquaponie est que vos poissons et vos plantes seront consommés et il serait dommage de les intoxiquer avec des produits nocifs pour l’homme.

Qu’est-ce que le tampon (KH)? Comment calculer le GH ?

Par aquaponie.bizaquaponie france

Voici quelques informations parfois utiles pour calculer son KH (appelé aussi effet tampon):

Une eau avec peu d’ions sera dite « douce » (dureté faible).

Une eau avec beaucoup d’ions sera dite « dure » (dureté élevée).

On mesure la dureté permanente et la dureté temporaire (KH) (ou dureté carbonatée), la somme des 2 donne la dureté totale (GH).

Plus le KH sera élevé, plus stable sera le pH (effet tampon).

Une eau est dite « dure » lorsqu’elle est fortement chargée en ions calcium (Ca++) et magnésium (Mg++). A l’inverse, elle est dite « douce » lorsqu’elle contient peu de ces ions. Cette dureté s’exprime en degrés français (df ou °F), un degré français de dureté correspondant à une teneur en calcium et magnésium équivalente à 10 mg de carbonate de calcium (CaCO3) par litre .

1°F = 4 mg de Ca++/l= 2,4 mg de Mg++/l= 10 mg de CaCO3/l

La dureté de l’eau résulte de son contact avec les formations rocheuses lors de son passage dans le sous-sol. Elle varie donc en fonction de la nature de celui-ci et de la région d’où provient l’eau. L’eau de pluie est donc, par nature, une eau très douce.

Il y a trois grandes classes de dureté :

  • eau douce : de 0 à 15°F
  • eau mi-dure : de 15 à 30°F
  • eau dure : + de 30°F

Voilà tout ce que vous devez savoir sur l’eau de votre écosystème aquaponique. N’hésitez pas à nous poser des questions ou à nous faire part de vos retours en laissant un commentaire à cet article.

BONUS : Une vidéo d’un système de récupération d’eau de pluie

 

A propos de l'auteur :

La Fédération Française D'Aquaponie a pour but de fédérer et de coordonner le déploiement de l'aquaponie en France via des micro-fermes pilotes et la création d'éco-lieux de rencontres. Rejoignez l'aventure en adhérant à la FFDA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X