Présentation de Gillou La Bourboule – Auvergne

Accueil Forums Présentation et localisation des membres Présentation des membres Présentation de Gillou La Bourboule – Auvergne

Ce sujet a 2 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Gilles, il y a 1 semaine et 6 jours.

  • Auteur
    Messages
  • #6398

    Gilles
    Participant

    Bonjour, je suis Gillou de la Bourboule, au pied du Puy de Sancy dans le Département du Puy de Dôme, au cœur de l’Auvergne, retraité depuis 2018. j’ai découvert par hasard l’aquaponie il y a deux mois.
    En panne de chaudière depuis plus d’un an, je passe les détails du froid subit l’hiver dernier ici au pied des pistes de ski… Bref, j’ai enfin eu une pompe à chaleur (PAC) à la fin de cet été et maintenant il fait chaud. Super appareil écolo et tout et tout, qui « brasse » de l’air pour me chauffer pas trop cher pendant que l’air est encore gratuit. Cependant, l’élément extérieur d’une PAC produit énormément de condensation qui ruisselle. J’ai donc mis un petit bac au sol pour récupérer ainsi ces quelque litres quotidiens qui tombait sur ma terrasse.
    Je suis rentré de la pêche un soir de septembre avec une perche qui avait passé deux ou trois heures dans ma besace. Au moment de vouloir faire les filets pour la manger, je me suis aperçu qu’elle était encore vivante. c’est coriace ces bêtes. je l’ai mise dans ce petit bac et elle a survécu deux mois et demi. J’ai cherché sur le net comment conserver des poissons de rivière, et j’ai trouvé des infos de pêcheurs qui conservaient les vifs (je ne pêche pas aux vifs, je trouve ça cruel), par contre je mange les poissons de ma pêche.
    Puis l’idée d’élever des truites m’est venue. je suis un bien piètre pécheur et je n’arrive pas à les attraper,alors que j’adore les mangers. J’ai commencé à remplacer mon petit bac par un récupérateur d’eau de 300 l, J’ai acheté une première pompe et je suis allé chez un pisciculteur. La petite fille du pisciculteur est en lycée agricole et m’a expliqué succinctement les principes de l’aquaponie.
    Ça m’a de suite emballé et de fil en aiguille, J’ai fait pas mal de recherches,d’expériences, fait et refait mon système, monté, démonté, remonté les siphons, les bacs de culture etc…
    « Soha » la perche, seul poisson qui avait un nom à cause du jeu de mots, est finalement morte de toutes ces manipulations.
    J’ai maintenant un autre récupérateur d’eau et un troisième bassin à poissons. ces trois bacs communiquent en cascade. ils doivent cumuler environ 1000 l à eux trois. La pompe brasse 2300 l/H.
    J’ai la chance d’avoir une terrasse au premier étage où la température reste relativement constante sur l’échelle d’une journée. Il y a une ancienne glacière souterraine, creusée dans la montagne, qui servait au temps où il n’y avait pas d’électricité, et qui régule la température de ma terrasse. L’hiver ils entassaient la neige du jardin juste au dessus, par des lucarnes aménagée, jusqu’à l’été pour distribuer la glace aux hôtels et restaurants de la Bourboule. C’est une station qui était très réputée du temps de l’âge d’or du thermalisme.
    Bref, de ce côté ci de la maison, je ne connais pas la canicule, pas besoin de clim, alors que c’est une chape de chaleur côté rue; et l’hiver, il arrive que la température tombe en dessous de zéro, mais il fait beaucoup moins froid que de l’autre côté où on pourrait faire du ski de fond sur les trottoirs… Je verrai à la fin de cet hiver et et à la fin de l’été prochain, mais je pense que cette régulation de la température est idéale pour les truites.
    L’aquaponie sur le net m’a aussi permis de découvrir la permaculture et je suis bien emballé aussi. J’ai donc commencé à préparer mon terrain pour le printemps. Ma maison est à flanc de montagne, et mon jardin est au dessus de la maison. pour y accéder je passe par une deuxième terrasse décalée à l’étage supérieur, (deuxième étage), le tout « abrité » sous une grande verrière. La haut, sous les vitres il fait super chaud, comme sous une serre, et j’ai aussi le projet d’y mettre des bacs de culture. Il existe des pompes qui pourraient me remonter l’eau (4m50) de la terrasse du premier étage dans ces bacs, mais elles consomment énormément.
    J’envisage donc de mettre un quatrième bac à poisson dans le petit jardin attenant auquel on accède par trois marches. Les truites n’y survivraient probablement pas l’été, j’envisage donc de mettre de la perche, le sauve bredouille du piètre pêcheur que je suis. je pourrai ainsi créer un deuxième système pour alimenter mes nouveaux bacs de culture sous la sorte de serre que crée ma véranda.
    Voilà, il y en a un peu de fait, le reste est en rêve pour le moment, et j’espère concrétiser ce projet dès le printemps. l’expérimentation à un coût plus que financier, et à force de faire et refaire mon système actuel, j’ai perdu une partie de mon cheptel, et les plantes trop manipulées aussi, de bacs en bacs, survivent pour certaines, mais je pense que leur croissance à été bien ralentie.
    Pour conclure, je vous fais part de ma plus meurtrière de mes interventions. Il y a deux jours, je recevais mes enfants. Nous avons mangé des huîtres, et je n’ai rien trouvé de mieux que de vouloir faire des cascades pour aérer l’eau tout en faisant joli avec des pierres de la Dordogne qui traverse notre petite ville, et les coquilles d’huîtres que nous venions de manger.
    Sauf que j’ai passé les coquille sous l’eau pour rincer le sel,mais j’aurais dû je pense, les laisser tremper une semaine ou deux avant dans de l’eau, et idem pour les pierres de rivières.
    Bilan , je ne sais pas si les pierres étaient polluées, je ne le pense pas, nous somme quasiment ici, à la source de la Dordogne et les truites sauvages ou lâchées y vivent très bien, mais je pense surtout que les coquilles étaient encore trop chargées en sel et j’ai perdu 9 truites. Il doit m’en rester 20 ou 25 maintenant. J’ai changé l’eau et j’attend la livraison d’un nouveau kit d’analyse de l’eau pour voir ce qu’il en est. je n’ai plus de bandelettes et je me suis fait mon cadeau de Noel : j’ai commendé un super mini labo avec des gouttes comme conseillé par Pierre et tant d’autres, que je remercie pour tous le travail et les infos que j’ai pu glaner sur le net.
    Voilà, la présentation fut un peu longue, et donc merci aussi à ceux qui ont tenu la lecture jusqu’au bout, amitiés aquaponiques et bonnes fêtes de fin d’année à tout le monde.

    Gillou

  • #6448

    PierreH
    Admin bbPress

    Salut Gilles,

    Tu sais de quoi sont mortes tes truites au final? le Sel?

    L’histoire de ta perche est dingue, elle a vécu 2h sans eau? Tu avais réussi à la nourrir et à l’acclimater? Je demande ça car en général les poissons sauvages ont du mal à vivre la captivité.

    Pierre

    Liens utiles : Boutique aquaponie / Conseils & tutos

    Pensez à vous localiser sur la carte pour faciliter les rencontres : Carte des membres

    "I'm a day dreamer and a night thinker."

    • #6488

      Gilles
      Participant

      Salut Pierre

      Bonjour, et bonne année à toutes et à tous. Pour répondre à tes questions:
      pour la perche, je n’ai jamais su si elle mangeait, elle se calait au fond du bac en se faisant très discrète. Pour le sel, je ne pense pas finalement que les coquilles d’huître aient eu une quelconque influence sur la mort des poissons.
      A l’exception d’une petite truitelle que j’ai sauvée en la mettant en urgence au chaud chez moi dans un bac de 60 litres, une petite pompe et un plan de menthe qui flottait à la surface du baquet sur du polystyrène, j’ai perdu toutes les autres. J’ai eu une montée de nitrites dont les couleurs des tests n’étaient même pas sur la palette. Je suis descendu à Clermont-Ferrand, le vendeur d’une animalerie m’a vendu du stop nitrites en ampoules, soit disant bio. le nitrite n’a pas baissé. J’ai contacté une animalerie de Ussel en Corrèze, (j’habite entre les deux villes). Le vendeuse m’apprend que les bactéries nitrifiantes ne se développaient pas en dessous de 8°, et que je n’avais rien d’autre à faire que d’attendre les beaux jours. Ici ça fait frisquet en cette saison, et je descendait régulièrement en dessous de 2 degrés au niveau de la températures de mes bacs. J’ai mis en place mon système courant septembre, et je pense après réflexion qu’il ne s’était pas encore vraiment stabilisé.J’ai donc acheté des bactéries vivantes, en liquide et un chauffage d’aquarium de 300 Watts. C’est un chauffage pour aquarium de 300 l, je n’ai pas trouvé au dessus, mais au maximum de sa puissance, il est suffisant pour maintenir l’au au dessus de 8° dans mes trois bacs. Si le temps est « doux » je tourne autour des 11°. Les bactéries ont fait leur taf, et j’ai pu repeupler mes bacs. J’ai donc 29 truitelles dans le premier, 20 truites portion dans le second depuis deux jours. je sais ça fait un peu beaucoup, mais j’ai mes enfants qui viennent manger ce soir et je vais déjà en sacrifier quatre. Mon pisciculteur m’a donné des œufs fécondés, que j’ai mis dans une nasse à mailles très très fines dans le troisième bac, je vais voir si ça marche. Pour l’instant, tout semble se passer pour le mieux, à part les légumes qui faisaient un peu la gueule, car ils n’avaient plus rien à se mettre sous la racine en terme de nutriments. les poissons sont là, j’espère qu’ils vont aider à remédier à tout ça. J’attend un peu de voir avant d’arrêter le chauffage une fois que tout sera vraiment stabilisé.
      Voili voilou, bon élevage et bonnes cultures à tous, je vais me lancer dans l’élevage de quelques poules, j’ai reçu mon poulailler ce matin, je vais le monter, et mon jardin et prêt. j’attend avec impatience le printemps pour mes premiers tests en permaculture.

      Gillou

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

X