Le poisson rouge en aquaponie

Le Poisson rouge ou Cyprin doré (Carassius auratus) est un poisson d’eau douce appartenant à la famille des Cyprinidae.

Ce poisson est considéré comme un animal domestique que l’on retrouve dans les bassins et les aquariums du monde entier. À l’origine sauvage de l’espèce, c’était un poisson de couleur grise dorée proche du carassin commun vivant dans les eaux douces calmes et tempérées d’Europe et de Chine. Soumis à un élevage sélectif et intensif depuis les premières dynasties chinoises, la morphologie n’a plus beaucoup de points communs avec le cyprin doré sauvage. Ce dernier a vu son corps s’allonger et à la queue et les nageoires beaucoup plus petites par rapport au corps. Il peut atteindre aujourd’hui une taille de 60 cm. C’est pour cela qu’ils ont un grand besoin d’espace pour nager. Ils s’épanouissent dans des grandes pièces d’eau mais peuvent tout de même s’adapter dans des petits bassins ou de très grands aquariums.

En aquariophilie, il faut compter 50 l par poisson rouge et 100 l d’eau par poisson rouge commun. Ces animaux grégaires aiment être à plusieurs avec au minimum trois spécimens par variété. Seules les variétés comètes en besoin d’un volume d’eau minimal de 700 l. Cependant à l’âge adulte, ce volume d’eau s’avérera encore insuffisant. La filtration doit être puissante représentant environ quatre à cinq fois le volume d’eau total par heure.

poisson rouge aquaponiePoisson résistant dont l’espérance de vie avoisine les 30 ans. Il lui faut pour cela un volume d’eau important afin d’évoluer à son aise. Il préfère être en bancs et c’est la raison pour laquelle il a été interdit dans certains pays comme la Suisse de les détenir à la maison dans un bocal où il est seul. Son bien-être n’est pas assuré surtout que ce poisson peut atteindre facilement une soixantaine de centimètres à l’âge adulte.

Ce poisson d’eau froide s’épanouit tout de même à des températures allant de 1 °C à 27 °C. Leur température idéale pour la reproduction est de 22 °C. Pour les variétés dérivées comme les queues de voile, télescopes, oranda, tête de lion, bubble eyes… qui sont plus délicates, la température doit être comprise entre 10 °C et 26°. L’eau doit avoir un pH plutôt neutre à alcalin (basique) compris entre 7,0 à 8,0, et une dureté de 5° d GH à 15° d GH6.

Ce que l’on appelle le dimorphisme sexuel c’est-à-dire ce qui différencie le mâle et la femelle n’est pas apparent. C’était lors de la période de reproduction que l’on appelle le frai que l’on remarque que les femelles ont un corps plus arrondi et de discrètes modifications au niveau de l’anus lorsqu’elles s’apprêtent à pondre. Les mâles quant à eux possèdent des nodules que l’on appelle les boutons de noces sur les ouïes et les nageoires postérieures (nageoires pelviennes).

Le poisson des bassins diffère du poisson sauvage. La différence la plus notable est sa couleur vive. Chaque variété de poissons a développé ses propres caractéristiques : le télescope, d’origine japonaise, a les yeux proéminents, ceux de la lorgnette de ciel sont retournés vers le haut, etc.

A propos de l'auteur :

La Fédération Française D'Aquaponie a pour but de fédérer et de coordonner le déploiement de l'aquaponie en France via des micro-fermes pilotes et la création d'éco-lieux de rencontres. Rejoignez l'aventure en adhérant à la FFDA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X